Revue de presse

Amélioration du cadre de vie des pêcheurs en Afrique occidentale Les pays membres de la COMHAFAT en conclave à Tanger
Les représentants des Etats membres de la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les états africains riverains de l’océan atlantique (COMHAFAT), étaient réunis pour un séminaire à Tanger au Maroc les 3 et 4 octobre dernier. Les échanges ont porté sur l’amélioration des conditions de travail des pêcheurs en Afrique occidentale.
Comme pour plusieurs pays de la sous-région, au Gabon, les ressources halieutiques représentent une valeur ajoutée pour l’économie. Mais les principaux acteurs du domaine, notamment les marins pêcheurs fontencore face à plusieurs difficultés dans la pratique quotidienne de leur activité. Ces difficultés sont liées, entre autres, à la pénibilité, la dangerosité (exposition aux intempéries et aux dangers que représentent la mer), l’absence de couverture sociale, la fatigue liée au rythme de travail.
C’est tout l’intérêt du séminaire qui s’est tenu à Tanger, au Maroc les 3 et 4 octobre dernier, à l’initiative de la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les états africains riverains de l’océan atlantique (COMHAFAT). Durant 48 heures, une vingtaine de représentants des états membres de la Conférence ont axé la réflexion sur la thématique choisie, à savoir: « Pour un accès à des emplois décents et sécurisés dans la pêche en Afrique occidentale ». Sur cette base, ils ont passé en revue leurs expériences respectives en vue de trouver des solutions pour pouvoir améliorer le cadre de travail et éliminer les formes les plus intolérables du travail des marins pêcheurs.
Entre autres sujets développés, on retient, la particularité du travail mer, les maladies spécifiques liées au travail en mer, les conditions de travail de la femme africaine dans les activités de la pêche, les bonnes pratiques et les initiatives régionales et nationales, les solutions pour le renforcement de la sécurité et la protection des professionnels de la pêche, le cadre normatif international.
Au terme « Pour protéger cette catégorie de travailleurs et la contribution qu’ils apportent à l’économie, la communauté internationale a élaboré et adopté de nombreux instruments dédiés aux gens de mer à l’effet de leur garantir des conditions minimales requises pour un travail convenable à bord », a rappelé Tanoh Firmin, représentant MOUSSA DOSSO, ministre des Ressources Animales et Halieutiques de la République de Côte d’Ivoire, président en exercice de la COMHAFAT.
Au terme de ce diagnostic, les travaux ont abouti sur des recommandations dont la prise en compte par les Etats devrait permettre d’améliorer et de renforcer la sécurité et la protection sociale des professionnels de la pêche dans la région